Communiqué du Bureau National

Alger, le 09/06/2018

Communiqué

Le Collectif Autonome des Médecins Résidents Algériens félicite tous ses courageux résidents ayant bravé la distance et la canicule pour répondre à l’appel de la Résistance dans les différentes facultés du pays. Tizi Ouzou, Sidi Bel Abbes et Tlemcen ont témoigné de notre persévérance et ténacité dans le combat qui ne se résoudra que par l’obtention de nos droits bafoués.

Une mention très particulière à la faculté de Bone où une violente et indécente répression a été réservée à nos confrères résidents par les forces de la police : encerclement, déportations, confiscations d’affaires personnelles, coups et vociférations!! Une conduite indigne et tellement inquiétante par sa récidive dans cette ville, où l’on se remémore l’incident d’agression d’une équipe médicale de garde il y a deux mois à l’hôpital universitaire de Frantz Fanon, où les victimes même de cette vindicte ont été réprimandés par les forces de l’ordre.

Le collectif s’indigne profondément de ces conduites macabres.

D’un coté, la léthargie mortifiante de la tutelle, entre ses fausses invitations au « dialogue », palabre surmédiatisé raisonnant dans le vide de longues phases d’inaction, de léthargie et d’indifférence, prenant en otage la foi et les espoirs de milliers de jeunes médecins Algériens et la santé de millions de citoyens.

D’un autre, le caprice d’initier toute répression à notre encontre, d’innover dans les moyens d’intimidation et fourberies dissolutives de notre volonté, dans les odieuses solutions de rafistolages tant sur le plan sanitaire qu’académique.

De ce fait, nous tenons à rassurer les résidents en 1ère année qui n’ont connu de leurs spécialités que les périples de ce combat et pourtant continuent à résister, que leurs places Méritées par le sueurs du front, les nuits blanches et les labeurs de la préparation de l’examen du résidanat, sont gravés sur la Roche et que nul ne prétendra les effacer.

Nous nous indignons surtout du traitement réservé au dossier des candidats au DEMS qui seraient « autorisés à s’inscrire exceptionnellement » à une session « de rattrapage » prévue à l’origine pour les résidents non concernés par la grève ou au petit groupuscule qui a succombé à la maltraitance de la deuxième session ; et ce sans respect du délai réglementaire d’annonce, sans déclaration explicite de leur situation vis à vis de cet examen, et surtout sans considération à leur immense sacrifice et à la vive volonté ayant motivé le boycott des deux sessions précédentes, misant alors sur une usure psychologique finement appliquée afin qu’ils marchent d’eux même « s’inscrire » sur les listes de leurs capitulation.

Nul besoin d’annoncer la réaction des candidats au DEMS à cet agissement, ni le soutien inconditionnel de l’ensemble des résidents à leurs ainés ayant déjà établi les normes de la dignité et de la résistance.

Le Collectif, en toute sérénité, appel les résidents au rassemblement et à une lecture actualisée des faits.

 

FIERTÉ, DIGNITÉ, SOLIDARITÉ

Le Collectif Autonome des Médecins Résidents Algériens

Partagez!