Les patients sont-ils les seules victimes de la grève?

À Ceux qui affirment et prétendent que les seuls et uniques victimes du mouvement des résidents sont les patients,

Détrompez vous !

Les malades des CHU ont une grande chance d’avoir de grands médecins Professeurs, Maîtres-Assistants et Assistants à leur disposition.
En effet, les médecins résidents ne sont pas les premiers et uniques responsables de la prise en charge des patients. Ils sont durant leur « résidanat » en période de formation et participent aux soins sous la responsabilité et le contrôle continu des aînés : Assistants, Maîtres-Assistants et Professeurs.

Rappelons et précisons que notre combat et notre lutte ne sont en aucun cas dirigés contre nos aînés et certainement pas les malades.

Notre combat est entièrement dirigé contre un système de santé défaillant et archaïque.
EPH, EPSP et autres où les malades n’ont même pas droit aux soins dignes de ce nom, faute de moyens humains et matériels.

Un combat contre des années de formations rythmées au grès des évacuations de malades et des migraines chroniques à forces de se décarcasser pour trouver et bricoler des solutions.

Un combat contre une souffrance chronique, contre l’épuisement moral et physique à œuvrer dans le chaos des conditions défavorables de travail, menaces des directeurs et des citoyens, insultes en tout genre…

Notre revendication concernant l’abrogation du caractère obligatoire du service civil a pour but et objectif de repenser la médecine en Algérie et doit être considérée comme un avantage pour tous les malades, médecins et hôpitaux à l’échelle nationale.
En appelant l’État à assumer sa part de responsabilité dans le but de fournir les moyens et conditions de travail, et non pas en se contentant de fournir des médecins « spectateurs » et impuissants, notre démarche a pour objectif de supprimer ce service civil par l’installation définitive des médecins spécialistes au niveau des hôpitaux publics.

Les CHU, centres hospitalo-universitaires de référence souffrent aussi. Nombre insuffisant de personnels qualifiés médicaux et paramédicaux.
Résidents bouche-trous, assaillis et écrasés, livrés à eux même la plupart du temps sans formation.
Internes en paravent, responsabilisés et ballotés de stage en stage sans prise en charge adéquate ni protection.
Externes négligés.
Un système qui engendre des générations d’incompétence et de médiocrité.

Et des malades qui paient les frais d’une médecine gratuite !

Une situation alarmante devenue dangereuse.

Enfin, victime, OUI, nous le sommes tous !

– Dr. Mennad

Partagez!