Communiqué du Bureau National

Alger, le 24/04/2018

Communiqué

Aujourd’hui, et avec une atrocité sans précédent et une haine profonde, que les forces de l’ordre ont agressés les résidentes et résidents braves et dignes participants à une manifestation pacifique devant le siège de l’APN à ALGER, dénonçons une loi de santé faite sur mesure pour détruire le système de santé et aggraver la prise en charge du malade déjà médiocre, mais aussi discriminant le médecin, avec une politique de couverture sanitaire inéquitable, archaïque et inefficace maintenue dite « service civil obligatoire », et des dispositions pénales injustes envers ce dernier.

Des centaines de résidents ont été insultés, tabassés, matraqués, tasés, des femmes dévoilées, et plusieurs blessures graves constatées, telles que des fractures, des entorses malignes, des plaies et ecchymoses…

Des arrestations arbitraires, sauvages et forcées dans des fourgons et bus, embarqués vers des destinations lointaines.

Mais aussi pour dénoncer le pourrissement voulu et pérenne à un mouvement de protestation légitime des résidents, sans prendre la peine de trouver des solutions pourtant accessibles et réalisables.

Pour toute cette injustice, déshonneur et amertume, nous appelons à la mobilisation de tous les résidents, et à l’arrêt total et inconditionné de l’activité de gardes d’urgences et dans les services sur le territoire national, à partir du dimanche 29 avril, et à participer aux actions nationales prochaines et ceci jusqu’à l’obtention de nos revendications légitimes.

L’histoire retiendra que les plus jeunes de ses médecins dits « Résidents » ont défendu et combattu pour toute une corporation médicale calfeutrée.

Le Collectif Autonome des Médecins Résidents Algériens

N. B. : ce communiqué tient lieu de préavis.

Partagez!